Accueil > Comprendre > Alimentation: “le modèle français” contribue à limiter l’obésité. Etude du Crédoc :
Bulletin scientifique image
Le Bulletin scientifique
→ En savoir plus
PUF - Fondation Nestle France - L'identite passe a table
Le livre “L’identité passe à table…” de Pascal Ory aux Editions des Presses Universitaires de France
→ En savoir plus
imagalaune RA
Le rapport annuel
→ En savoir plus

Comprendre les comportements alimentaires

etude-français

Alimentation: “le modèle français” contribue à limiter l’obésité. Etude du Crédoc :

partager par mail
Projets de recherche


Le modèle alimentaire français contribue à limiter le risque d’obésité

Dans son étude publiée lundi 20 septembre 2010, le centre de recherches pour l’étude et l’observation des conditions de vie estime que différentes comparaisons “permettent de penser” que “donner davantage d’importance au modèle alimentaire et à la tradition culinaire serait un moyen de se préserver de l’obésité”.

Une des caractéristiques du modèle alimentaire français est “la concentration des apports énergétiques lors des repas” (90,2%), rappelle le Crédoc qui souligne que son anti-modèle est l’américain, où 21,6% des calories sont absorbées hors repas.

En France, les prises alimentaires se concentrent sur trois principaux repas qui comportent plusieurs plats, et sont pris à des heures relativement communes à tous. Le temps du repas apparaît comme “nécessaire à la vie en société” en France, alors qu’aux Etats-Unis, “se nourrir est considéré comme un acte technique”.

Ce sens donné à l’acte alimentaire peut expliquer en partie que la part des personnes obèses est plus faible en France (14,5%) qu’aux Etats-Unis (26,9%), bien que d’autres facteurs (génétique, activité physique…) entrent en ligne de compte, estime le Crédoc.

Autre caractéristique du modèle français : la convivialité. C’est “le principal sens que les Français donnent aux repas”. Cela favorise la régularité des prises alimentaires, dans des horaires resserrés, et “réduit le risque de comportement compulsif”.

Enfin, 15% des repas sont festifs, c’est-à-dire durent plus d’une heure et sont pris avec d’autres convives, chez des amis ou au restaurant.

Cliquez ici pour consulter l’étude

En savoir plus sur le CREDOC

Retour
Articles liés :