Accueil > Comprendre > Délibération des Bourses de recherche 2015
Bulletin scientifique image
Le Bulletin scientifique
→ En savoir plus
PUF - Fondation Nestle France - L'identite passe a table
Le livre “L’identité passe à table…” de Pascal Ory aux Editions des Presses Universitaires de France
→ En savoir plus
imagalaune RA
Le rapport annuel
→ En savoir plus

Comprendre les comportements alimentaires

Bourses de Recherche 2015

Délibération des Bourses de recherche 2015

partager par mail

Le 2 juin 2015, le jury composé de : Jean-Pierre Poulain, Président du Comité d’experts, Gilles Boetsch, Directeur de recherche au CNRS, Sandrine Andrieu, Professeur des Universités en santé publique, Jean-Paul Laplace, Membre de l’Académie de Médecine, Patrick Tounian, Pédiatre et Nutritionniste, Claude Fischler, Sociologue, Directeur du Centre Edgar Morin, Pierre Combris, Economiste, et Pascal Ory, Historien, s’est réunit afin de sélectionner les trois lauréats 2015.

 

Parmi les nombreuses candidatures de qualité reçues dans le cadre de l’appel 2015, le choix des jurés s’est porté sur :

 Eve Sihra Colson,

Sciences Po Paris et INRA Aliss – “Essais en économie sociale et demande alimentaire : mesure l’impact et la persistance des préférences sociales sur les choix de consommation” :

Ce projet de recherche se situe à l’interface entre économie sociale et théorie de la consommation. Il étudie les possibilités d’intégrer les dynamiques de préférences (identité, culture, interactions sociales) à des modèles de demande. L’objectif est de mieux comprendre la grande diversité des préférences alimentaires, ainsi que leur persistance au cours du temps. Les travaux sont basés sur des données microéconomiques de budgets des ménages en France et en Inde, ce qui permet d’exploiter deux territoires où les préférences alimentaires et traditions culinaires sont très variées, géographiquement localisées, et persistent après l’intégration commerciale. Les résultats de ces travaux permettront de mieux comprendre l’impact des préférences sociales sur les choix de consommation, et sur l’alimentation et la santé des individus.

 

Leia Mion

 

Aix Marseille Université ED 355 Laboratoire Méditerranéen de Préhistoire Europe Afrique LAMPEA CNRS UMR 7269 - “L’alimentation de la fin de l’Antiquité et du début du Moyen-Age dans le Sud-Est de la France : Une approche biochimique”

Ce projet de recherche vise à restituer les pratqiues alimentaires de plusieurs populations du pourtour méditeranéen français (région bien documentée par l’histoire et l’archéologie et riche en environnements contrastés) au cours de la transition entre l’Antiquité et le Moyen Age (période voyant l’essor de la chrétienneté, la mis en place du régime féodal et une influence croissante des populations barbares). Il s’inscrit dans le cadre de la définition du concept d’alimentation méditéranéenne et explore de ce fait les liens des individus avec leur environnement, l’impact quotidien des événements historico-culturels sur leurs vies et les corrélations entre alimentation et état sanitaire. La méthode choisie est celle de l’analyse des isotopes stables du carbone et de l’azote, dosés directement sur les ossements. Ces marqueurs permettent d’estimer, pour chaque individu, les tendances plutôt herbivore ou carnivore de l’alimentation ainsi que la contribution des ressources aquatiques. Au final, 500 échantillons osseux répartis entre la faune et les humains seront analysés.

 

 

Maria Clara de Moraes Prata Gaspar

 

 Université de Toulouse – Jean Jaurès Laboratoire CERTOP, Pôle TAS – “Sous le “poids” des normes : étude comparative de diététicienne et jeunes femmes françaises, espagnoles et brésiliennes”

Au cours des dernières décennies le processus de médicalisation de l’alimentation et du corps a été intensifié et des normes diététiques ont été diffusées. Les diététiciennes y jouent un rôle important et, comme les autres individus de la société, ces professionnels reçoivent et interprètent ces normes diététiques dans différents contextes culturels où l’alimentation et le corps sont aussi façonnés par les normes socioculturelles. En effet, si les phénomènes médicaux influencent les pratiques socioculturelles ils en sont également soumis. Cette étude cherche à comprendre les relations entretenues entre normes médicales et socioculturelles en France, en Espagne et au Brésil, chez un groupe d’experts, les diététiciennes, et un groupe profane, les jeunes femmes. Ceci est primordial afin d’enrichir les connaissances sur les normes, représentations et pratiques, des femmes et des acteurs importants dans la transmission de normes. Obtenir ces connaissances est essentiel afin d’améliorer la formation des diététiciennes et de contribuer à adapter leurs conseils aux demandes socioculturelles des patientes, ainsi préservant la culture alimentaire et facilitant leur intériorisation et mise en pratique.

 

Retour
Articles liés :