Accueil > Comprendre > Délibération des bourses de recherche 2016
Bulletin scientifique image
Le Bulletin scientifique
→ En savoir plus
PUF - Fondation Nestle France - L'identite passe a table
Le livre “L’identité passe à table…” de Pascal Ory aux Editions des Presses Universitaires de France
→ En savoir plus
imagalaune RA
Le rapport annuel
→ En savoir plus

Comprendre les comportements alimentaires

Bourses recherche 2016

Délibération des bourses de recherche 2016

partager par mail

Le mercredi 8 juin 2016, le jury composé de : Jean-Pierre Poulain, Président du Comité d’experts,  Claude FischlerSociologue, Directeur du Centre Edgar Morin,  Jean-Paul LaplaceMembre de l’Académie de MédecinePierre Combris,EconomistePascal OryHistorien, Sandrine AndrieuProfesseur des Universités en santé publiquePatrick Tounian, Pédiatre et Nutritionniste, et Gilles Boetsch, Directeur de recherche au CNRS,  s’est réunit afin de sélectionner les trois lauréats 2016.

Parmi les nombreux dossiers de qualité reçus dans le cadre de l’appel 2015, le jury a sélectionné les candidatures suivantes :

  Céline CANSELL

« Lipides nutritionnels et inflammation cérébrale, une nouvelle piste thérapeutique pour le traitement de l’obésité ?». Institut de pharmacologie moléculaire et cellulaire (IMPC). CNRS UMR 7275 Sophia Antipolis

L’obésité est le cinquième facteur de risque mondial de mortalité et pose aujourd’hui un grave problème de santé publique. Beaucoup d’études sont consacrées à la compréhension des mécanismes à l’origine de l’obésité et montrent que des dérégulations au niveau du cerveau pourraient être responsables de ce syndrome. Des avancées récentes mettent en évidence que l’inflammation de certaines régions du cerveau entraînerait des troubles du comportement alimentaire. Plus spécifiquement, certaines graisses contenues dans l’alimentation seraient responsables de cette inflammation. Dans notre étude, nous cherchons donc à comprendre les mécanismes impliqués dans la réponse inflammatoire induite par les différents types de graisses alimentaires (animales, végétales) afin de pouvoir offrir une prise en charge thérapeutique novatrice pour le traitement de l’obésité.

Blandine CERISIER  

«Représentations sociales du gluten et ancrage de sa consommation restrictive dans la culture alimentaire et culinaire française » Centre de Recherche de l’Institut Paul Bocuse – Université Lyon 1

Ce projet porte sur la consommation restrictive de gluten comme alimentation particulière, via une approche située entre les sociologies de l’alimentation, l’anthropologie et la psychologie sociales. Il vise à comprendre les niveaux de pratiques, de connaissances et d’implications que des mangeurs français ont de ce qui constitue moins pour eux un impératif médical lié à une intolérance au gluten qu’un choix personnel. Notre recherche se centre sur la conduite de 20 entretiens auprès d’individus ayant fait ce choix alimentaire puis de 7 focus groupes composés d’individus suivant un régime « sans gluten » ou limitant sa consommation. Les résultats obtenus nous éclaireront davantage quant à ce que « manger » signifie aujourd’hui, dans un contexte où la tradition culinaire a un poids prépondérant et au regard du développement fortement médiatisé mais encore trop peu exploré par les sciences humaines et sociales de ce type d’alimentation.

Laurent GENSER

«Impact de la perméabilité intestinale sur l’inflammation tissulaire de l’intestin et du tissu adipeux au cours de l’obésité : de la structure des jonctions intercellulaires intestinales aux complications métaboliques. » Institut de Cardiométabolisme et Nutrition (ICAN), Sorbonne Universités, Université Pierre et Marie Curie-Paris 6, ED 394

Chez les rongeurs rendus obèses paru un régime hyper-lipidique, dysbiose et altération de la perméabilité intestinale contribuent au développement de la masse adipeuse, des complications métaboliques et de l’inflammation tissulaire.  Nous formulons l’hypothèse que La PI est altérée chez l’homme, en lien avec des altérations immuno-métaboliques, du microbiote et de l’alimentation. Notre objectif est de mettre en évidence une altération de la PI in vivo (biomarqueurs) et  ex vivo (passage transjéjunal de molécules, expression et localisation des protéines des jonctions serrées) chez des  sujets obèses candidats à une chirurgie de l’obésité (bypass gastrique) et des sujets non obèses et d’établir des liens avec l’inflammation systémique et tissulaire, la diversité bactérienne du microbiote, les profils alimentaires et d’autres variables biocliniques. Nous étudierons également l’impact de la PI sur la réponse métabolique après chirurgie de l’obésité. Ce projet translationnel nous permettra de mieux comprendre les interactions entre alimentation, intestin et développement des complications métaboliques dans l’obésité humaine.

Retour
Articles liés :