Accueil > Comprendre > Les Projets de recherche sélectionnés pour la période 2014-16 : épigénétique et transmission culturelle des comportements alimentaires
Bulletin scientifique image
Le Bulletin scientifique
→ En savoir plus
PUF - Fondation Nestle France - L'identite passe a table
Le livre “L’identité passe à table…” de Pascal Ory aux Editions des Presses Universitaires de France
→ En savoir plus
imagalaune RA
Le rapport annuel
→ En savoir plus

Comprendre les comportements alimentaires

laureats projets

Les Projets de recherche sélectionnés pour la période 2014-16 : épigénétique et transmission culturelle des comportements alimentaires

partager par mail
comprendre


Le lundi 2 juin, le Comité d’expert pluridisciplinaire de la Fondation, composé de 8 membres et présidé par Jean-Pierre Poulain,  sociologue, anthropologue, s’est réuni afin de sélectionner les projets de recherche lauréats pour la période 2014-2016.

 

Les Projets sélectionnés par le jury pour cette période sont ceux portés par :

«L’anorexie mentale (AN) est un trouble du comportement alimentaire (TCA), caractérisée par une restriction alimentaire invalidant afin d’obtenir un amaigrissement pathologique. L’AN affecterait 140°000 jeunes femmes en France. Elle s’accompagne de comorbidités, dont la dépression jusqu’à 60% des cas. L’AN possède le taux de mortalité par suicide le plus haut de tous les troubles psychiatriques (taux standardisé de 23,1). Il n’existe aucun traitement médicamenteux pour soigner l’AN. L’AN présente une importante composante génétique, avec une héritabilité estimée à 70%, mais malgré près de 200 études d’associations génétiques, très peu de gènes ont été répliqués. Une autre composante qui présente une héritabilité est l’épigénétique. A ce jour, celle-ci n’a été que trop peu étudiée avec 6 publications qui ont porté sur la méthylation de 8 gènes candidats à partir de petits échantillons, au maximum 22 patientes AN et 30 contrôles.

Aussi, notre projet est d’étudier l’épigénétique, via les niveaux de méthylation sur l’ensemble du génome de sujets qui présentent des conduites alimentaires différentes »

 

 

Denis Pierron – Docteur en Anthropologie biologique au Laboratoire d´Anthropobiologie Moléculaire et Imagerie de Synthèse CNRS UMR 5288, Université Toulouse III: «Transmission des pratiques et cultures alimentaires: étude du support génétique »

«L’évolution et la transmission des cultures alimentaires sont liées à des contraintes nombreuses (démographiques, techniques, économiques, temporelles) ainsi qu’aux systèmes symboliques (normes, valeurs, représentations). Cependant l’influence des facteurs génétiques est de plus en plus évoquée.En effet la mise en évidence des gènes codant pour les récepteurs du goût et de l’odorat a permis l’émergence d’un nouvel axe de recherche visant à associer la diversité génétique à la diversité de perception des aliments par les Hommes. L’existence et l’identification des supports génétiques pour la détection du sucre, de l’amertume ont ainsi pu être confirmé.Cependant ces études sont principalement focalisées sur les récepteurs des papilles gustatives (goûts sucré, salé, amer, acide, glutamate).De plus il n’existe aucune étude comparative portant sur l’influence de la génétique sur les perceptions aromatiques à l’échelle de populations.Cette étude propose donc dans un premier temps d’étudier l’influence de la variabilité génétique sur la perception de plusieurs dizaines d’arômes en terme de seuil de perception et de caractérisation hédonique en se basant sur un échantillon de 450 individus vivant dans des zones géographiques distinctes (France, Madagascar et Indonésie).».

 

 

Retour
Articles liés :