Accueil > Dire > Gérard Apfeldorfer, invité de la Fondation Nestlé France pour son 18ème Rendez-vous débat
Bulletin scientifique image
Le Bulletin scientifique
→ En savoir plus
PUF - Fondation Nestle France - L'identite passe a table
Le livre “L’identité passe à table…” de Pascal Ory aux Editions des Presses Universitaires de France
→ En savoir plus
imagalaune RA
Le rapport annuel
→ En savoir plus

Dire

image à la une

Gérard Apfeldorfer, invité de la Fondation Nestlé France pour son 18ème Rendez-vous débat

partager par mail
dire


« Manger : le plaisir, une nécessité psycho-physiologique ».

 

Qu’est-ce que manger « normalement » ? Est-ce synonyme de privation ? Quelle place pour le plaisir dans l’alimentation ? Pourquoi ne sommes-nous pas égaux face à la prise de poids ? Telles ont été quelques-unes des questions abordées par le Docteur Gérard Apfeldorfer, invité du 18ème Rendez-vous Débat de la Fondation Nestlé France le 1er avril 2014 sur un thème au cœur des préoccupations de notre époque en matière d’alimentation: « Manger : le plaisir, une nécessité psycho-physiologique ».

Psychiatre et psychothérapeute spécialiste de l’étude des comportements alimentaires et du traitement de ses dysfonctionnements, Gérard Apfeldorfer est revenu sur l’évolution des connaissances en matière de maîtrise des sensations alimentaires et a mis en garde contre les dérives de l’orthorexie, trouble du comportement alimentaire qui consiste en une obsession de l’alimentation saine.

« Aujourd’hui, la gourmandise remplace la luxure. Le péché, c’est le plaisir de manger », a-t-il souligné. De fait les négations, voire les interdits, balisent désormais le parcours alimentaire du mangeur qui entend « manger sain », au risque, parfois, de faire de cette volonté une obsession, et d’imposer – à soi comme aux autres – des exigences qui en viennent à le couper de toute sociabilité.

Certes, il est « normal » de se vouloir en bonne santé. Mais qu’est-ce que manger « normalement », c’est-à-dire en fonction des besoins psycho-physiologiques individuels ? Cette norme, postulée mais rarement explicitée, est-elle synonyme d’ascétisme, de perpétuelle contention ?

Au contraire, l’importance du plaisir de manger est, selon Gérard Apfeldorfer, «  physiologiquement nécessaire ».  Plutôt que de contraindre les corps par des régimes inadaptés et intenables à long terme, il faut « mieux tolérer ses émotions pour ne pas avoir à les calmer par la nourriture » et « arriver à retrouver les sensations alimentaires souvent perdues.»

En fait, plus que de manger normalement, il s’agit pour chacun de manger naturellement en fonction de ses besoins corporels, qui résultent de son patrimoine génétique et de son histoire personnelle.

 

Consultez la synthèse du Rendez vous-débat avec Gérard Apfeldorfer

 

La vidéo de l’intervention de Gérard Apfeldorfer

 


 

Gérard Apfeldorfer est membre de l’Association française de thérapie comportementale et cognitive (AFTCC). Il est co-fondateur en 1998 du Groupe de réflexion sur l’obésité et le surpoids (GROS), et actuellement Président d’honneur de l’association, rédacteur en chef et responsable du site de l’association www.gros.org. Il a notamment publié : Maigrir, c’est dans la tête (Odile Jacob, 1997), Dictatures des régimes : attention (co-auteur Jean-Philippe Zermati, Odile Jacob, 2006), Mangez en paix ! (Odile Jacob, 2008), et plus récemment un livre collectif, Traiter l’obésité et le surpoids (co-auteurs Jean-Philippe Zermati et Bernard Waysfeld, Odile Jacob, 2010).

 

Retour
Articles liés :