Accueil > Dire > La Fondation vue par Stéphane Le Foll
Bulletin scientifique image
Le Bulletin scientifique
→ En savoir plus
PUF - Fondation Nestle France - L'identite passe a table
Le livre “L’identité passe à table…” de Pascal Ory aux Editions des Presses Universitaires de France
→ En savoir plus
imagalaune RA
Le rapport annuel
→ En savoir plus

Dire

14 ème Rendez-Vous débat

La Fondation vue par Stéphane Le Foll

partager par mail
dire


 Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt

Rendez-vous débat du jeudi 21 mars 2013- Extraits

 Homme politique marqué par ses origines et l’enseignement agricole, fondateur du Groupe Saint Germain, Stéphane Le Foll prône le « droit de regard du citoyen sur le contenu de son assiette et le rôle particulier de la France dans la défense de son modèle alimentaire. »

« Quel est l’enjeu d’une politique publique de l’alimentation ?Trouver quelque chose qui fasse qu’aujourd’hui nous construisions un nouveau modèle, pas dans une opposition entre un modèle dominant et un modèle qui serait construit en opposition, mais essayer de trouver une nouvelle dynamique : ce que j’appelle l’agro écologie ou la performance économique écologique ».

Comment penser conjointement l’évolution de la production et de la fonction sociale du repas ?

« Nous avons à défendre l’idée que l’agriculture peut être différente, au nom justement de ce que peuvent vouloir les citoyens, à la fois en termes d’organisation de société – paysages, aménagement du territoire, occupation de l’espace, prise en compte de la durabilité – et la question du lien entre l’agriculture et l’alimentation. Ce n’est pas le lien entre production agricole et consommateurs qui m’intéresse. C’est le lien entre l’agriculture et la dimension citoyenne de l’alimentation : c’est-à-dire le choix social. »

La dimension citoyenne de l’alimentation est primordiale. Les Français sont d’ailleurs ceux qui accordent le plus le temps aux repas. Dimension essentielle, le temps du repas est à défendre et valoriser, dans un contexte de vulnérabilité sociale croissante.

« Derrière le temps du repas, il y a la capacité à construire d’abord l’alimentation, à la goûter. Le temps du repas est un temps de partage. La France doit porter cette idée que, pour bien consommer et bien s’alimenter, il faut prendre du temps. C’est une idée très humaniste et, c’est une idée, qui va bien avec le fait que, si nous voulons bien manger, nous ne pouvons pas le faire en marchant. »

En savoir plus sur le Rendez-vous débat 

 

Retour
Articles liés :