Accueil > Comprendre > Recherche : trois nouveaux Projets financés pour la période 2013-2015
Bulletin scientifique image
Le Bulletin scientifique
→ En savoir plus
PUF - Fondation Nestle France - L'identite passe a table
Le livre “L’identité passe à table…” de Pascal Ory aux Editions des Presses Universitaires de France
→ En savoir plus
imagalaune RA
Le rapport annuel
→ En savoir plus

Comprendre les comportements alimentaires

Projet recherche 2013

Recherche : trois nouveaux Projets financés pour la période 2013-2015

partager par mail

Depuis 2008, la Fondation Nestlé France apporte son soutien en finançant sur deux ans des Projets de recherche menés par des équipes françaises de recherche.

Le Comité d’expert de la Fondation, pluridisciplinaire, composé de 8 membres et présidé par Jean-Pierre Poulain,  sociologue, s’est réuni le 11 Juin 2013 afin de sélectionner les projets de recherche lauréats pour la période 2013-2015.

Les Projets sélectionnés par le jury pour la période 2013-2015 sont ceux portés par :

 

David Thivel – Laboratoire des adaptations à l’Exercice en conditions physiologiques et pathologiques (AME2P), Université de Clermont-Ferrand : « Activité Physique et comportement sédentaires: implications dans le contrôle central de la prise alimentaire d’adolescents minces et obèses »

« Les activités physiques et les activités sédentaires impactent-elles la balance énergétique de manière plus importante en agissant sur la dépense d’énergie ou les apports alimentaires des individus ? C’est la question que pose aujourd’hui la littérature scientifique, aussi bien chez les adultes que chez les plus jeunes. Cette nouvelle réflexion doit nous conduire à nous interroger sur la réelle implication des activités sédentaires dans le développement du surpoids et de l’obésité infantile, et de l’exercice physique au sein des stratégies de prévention et prise en charge ». David Thivel


Marc-Olivier Déplaude –INRA RITME (UR1323) : « Construction et diffusion des recommandations nutritionnelles à destination des nourrissons et des jeunes enfants en France (de 1945 à nos jours)»

« La présente recherche qui, s’étalera sur deux ans, sera centrée sur les débats dont l’alimentation infantile a fait l’objet en France depuis l’après-guerre, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du champ médical. Il s’agira plus précisément de voir comment évolue le regard porté sur les laits maternisés et autres préparations industrielles à destination des nourrissons dans la presse médicale, dans les recommandations adressées aux jeunes parents et dans les medias grand public…/…

 

En s’intéressant notamment au regard porté sur les aliments industriels dans les débats et recommandations officielles touchant l’alimentation infantile, ce travail contribuera à un programme de recherche plus large portant sur l’histoire du marché de l’alimentation infantile en France et sur les firmes intervenant sur ce marché » : Marc Olivier Déplaude


Annick FAURION, NeuroBiologie Sensorielle de l’Olfaction et de la Gustation CNRS, INAF

Dans le but de comprendre le rôle des TAS1Rs et TAS2Rs (récepteurs gustatifs) dans les changements de comportement après une chirurgie bariatrique, nous allons (1) étudier, à titre d’indicateur de la sensibilité de ces récepteurs dans le tractus digestif, les sensibilités gustatives au sel, au sucre, au L-glutamate et au PROP, au niveau du seuil de détection ainsi qu’au niveau supraliminaire chez des témoins et, chez des obèses, avant et après la chirurgie comparativement, dans trois cas : anneau, sleeve et gastric by-pass. (2) Ces données seront comparées aux paramètres cliniques et biologiques évalués chez les obèses du service hospitalier (comprenant les dosages des hormones à effet satiétogène et orexigène (GLP-1, insuline, etc.).

Nous allons évaluer, par des questionnaires, (3) les changements du comportement alimentaire et aborder les aspects (4) psychologiques et culturels qui pourraient influencer ce comportement ainsi que le discours qui s’y rapporte.

Nous allons également rechercher (5) une éventuelle prévalence de variants dans les récepteurs TAS1Rs et TAS2Rs différente chez les obèses comparés aux témoins ainsi qu’aux sujets en surpoids” : Annick FAURION

Retour
Articles liés :